Chats Bengals, nouvelle tendance

Personnellement, je craque trop sur ces mini léopards en les voyant défiler sur mes pages Facebook et Instagram ! Par chance, une amie à moi en possède un et me l’a montré. Présentation de la bêbête.

Chillin in the jungle 🌴#mostbeautifulcat #bengalworld #bengalcats #bengal #bengalmao #catsofinstagram #cats #likes #inlove

Une publication partagée par 🐯MAO🐯 (@maothebengal) le

Ces magnifiques félins envahissent les réseaux sociaux et pages d’animaux en ce moment. Voici l’exemple de Mao, un jeune mâle de 1 an, qui vit dans un bel appartement à Bruxelles.

Malgré son caractère affectif, Mao n’est pas un chat domestique tel qu’on l’entend. Il est en fait un hybride de félin sauvage. En effet, pas de Bengal sans l’intervention de l’homme. Cette espèce animale a été créée aux Etats-Unis par la généticienne Jean S. Mill. en croisant un chat noir de la race American Shorthair avec un chat-léopard sauvage.

Pour qu’un Bengal ait un comportement semblable à celui d’un chat et qu’il puisse se faire adopter dans de bonnes circonstances, il faut que le croisement ait été effectué au minimum 4-5 fois. C’est-à-dire qu’après 5 générations de croisements, vous obtenez un chat comme Mao.

Notons que pour adopter un chat Bengal, plusieurs difficultés s’opposent à vous. Tout d’abord, il est conseillé d’avoir une autorisation, sous peine que l’animal soit saisi. Pour l’obtenir, il faut montrer que vous êtes motivés, que vous êtes capables de vous occuper du chat, que vous êtes bien renseignés et que votre hébergement est adéquat. Vous recevez alors des papiers officiels, tels qu’une carte d’identité de l’animal. Mao, lui, a même son pédigrée, c’est-à-dire un document retraçant tout son arbre généalogique !

Deuxième difficulté : si vous habitez en Wallonie, pas question d’avoir un Bengal. En effet, le ministre chargé du bien-être animal, Carlo Di Antonio, a relevé que l’élevage de cette race risquerait d’aboutir à un trafic d’animaux sauvages.

Enfin, si vous voulez aussi un petit Mao, il va falloir ouvrir votre portefeuille ! Parmi les nombreux éleveurs qu’il y a en Belgique, les prix varient entre 700€ et 3000€. La valeur du chat dépend du sérieux de son éleveur, de la netteté de ses petites taches ainsi que de sa couleur. Mao, par exemple, est un Bengal brun bien marqué. Mais il en existe aussi des argentés (gris) et des blancs.

chats bengal2

Vous aussi, vous craquez ? 🙂

Rebecca Dreisziger

17555220_10210412987059440_1681440503_n

 

2 réflexions sur “Chats Bengals, nouvelle tendance

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s