Viktor Angelov, le violoniste qui a tout compris

Le look, la danse, la musique : tout est parfait chez cet artiste macédonien de 28 ans ! Impossible de passer à côté de lui sans s’arrêter. L’instagrammeur aux plus de 50k abonnés était à Bruxelles il y a deux semaines. Petite interview obligée.

Personnellement, j’avais déjà remarqué Viktor Angelov il y a plus d’un an, à Bruxelles. Je l’avais reconnu car 9GAG venait justement de partager l’une de ses vidéos. Quand je l’ai contacté pour le rencontrer, à l’époque, il avait déjà quitté la ville. Mais ça a été partie remise pour cette année !

Rebecca : Hello Viktor, je suis super contente de te revoir à Bruxelles ! Quoi de neuf depuis 1 an ?

Viktor Angelov : Pour la première fois, cette année, j’ai voyagé non-stop ! J’ai été jouer dans une bonne vingtaine de villes, je me suis fait des relations et j’ai construit mes réseaux sociaux. Tout ceci combiné à la vente de mon CD, quelques concerts et des performances à des mariages.

R : Est-ce un réel métier ?

V : Avec toutes mes performances et mes projets privés, je vis bien mieux que quand je travaillais dans un orchestre. Je me fais plaisir, je voyage, je loge dans de beaux endroits. En plus, je reçois beaucoup d’amour et de soutien de la part de mon public. Je suis vraiment épanoui !

R : Quel est ton dream job ?

V : A l’avenir, je voudrais faire exclusivement des mariages et des concerts. Et quand je serai plus connu, des festivals. Peut-être un jour Tomorrowland ? Qui sait.

R : Comment choisis-tu les morceaux que tu interprètes ?

V : Quand je suis dans la voiture, j’allume la radio, j’écoute ce qui passe. Des fois, je demande à mes followers sur Instagram quelles sont leurs chansons préférées. Et je les prépare dans les jours qui viennent. Si je jouais des morceaux classiques, il n’y aurait pas foule autour de moi.

R : Tu joues aussi des musiques plus classiques : Titanic, Hallelujah…

V : Ce sont des chansons que les gens me demandent de jouer. Comme Games of Thrones, également. Ce sont des musiques qui ont beaucoup de succès et que tout le monde connait !

R : N’en as-tu pas marre de jouer Despacito ?

V : Non, pourquoi ? (Rires) Même si on a déjà beaucoup entendu ce titre, dès que je le joue, les passants s’arrêtent et commencent à danser. Il n’y a rien à faire, cette chanson met de l’ambiance.

R : Tu voyages beaucoup. Comment choisis-tu tes destinations ?

V : Je regarde la météo des villes plus ou moins à proximité. S’il y fait beau et que la ville m’inspire, je prends ma voiture et j’y vais ! Je déteste le froid, donc c’est l’élément principal. Sinon, des fois, je demande à mes followers sur Instagram où ils pensent que je devrais aller. La ville qui revient le plus souvent l’emporte !

R : Es-tu un vrai touriste ?

V : Non, je regarde juste sur Google ce qu’il y a à faire et à voir dans la ville. Sur place, quand je ne fais pas de busking (=jouer dans la rue), je prends le temps de visiter. Par exemple : le Louvre, le Vatican, le Panthéon. Des choses comme ça. Mais ce que je préfère, c’est me promener dans les rues. Regarder les places. Ça prend moins de temps.

R : As-tu des projets hors Europe ?

: Oui ! En novembre, je pars pour la première fois aux Etats-Unis. Je vais rester 4 mois à Miami et enregistrer des musiques avec des personnes très influentes dans le domaine de la musique. Je vais devenir une star ! (Rires)

R : As-tu une ville préférée ?

V : Pas Bruxelles ! J’aime bien mais ce n’est pas ma ville préférée. Je dirais Florence. Il y a beaucoup de belles architectures, de la culture, de la mode, tout ce que j’aime. Sinon, j’adore Rome car le public est super réceptif à mes shows. Les gens ont le temps de s’arrêter et de m’écouter. En général, à Rome, il y a plus de 300 personnes qui sont en cercle autour de moi quand je joue. C’est génial ! Aujourd’hui, à Bruxelles, je dirais qu’il y en avait environ 80.

R : La question qui me brûle aux lèvres : Comment as-tu réussi à te faire reposter par 9GAG ?

V : Je n’ai rien fait de spécial ! Aucune demande ! Des touristes m’ont filmé et ont posté la vidéo sur la page de 9GAG, il y a un an. Et puis, 9GAG a reposté. C’est tout. A ce moment-là, je n’étais pas du tout branché digital. Et je recevais pleins de messages sur mon téléphone de mes collègues, me disant « hey, tu es sur 9GAG ! », « Félicitations ! » Je ne savais même pas ce que cela voulait dire « 9GAG ».

R : As-tu une anecdote à me raconter ?

V : Hmmm… mon nom est intéressant. Car « Angelov », c’est la contraction de « angel » et « love » (mais ne le dis à personne).

Rebecca Dreisziger

IMG_1938.jpg

Sziget: mon nouveau festival préféré

Je ne pensais jamais dire ça, mais je crois avoir trouvé mieux que Tomorrowland !

 

J’étais persuadée d’avoir le « syndrôme Tomorrowland » : c’est-à-dire qu’à chaque fois que j’expérimentais un autre festival (Couleur Café, Dour, Werchter), je trouvais ça super nul comparé à Tomo. À présent, je sais que je ne suis pas touchée par ce syndrôme ! Voici 5 raisons pour lesquelles j’ai sur-kiffé le Sziget Festival. Lire la suite